L’expertise marocaine sollicitée à Madagascar pour la valorisation du canal des Pangalanes

canal-madagascarLe Roi Mohammed VI et le président malgache, Hery Rajaonarimampianina, ont présidé au terme de leurs entretiens en tête-tête, lundi au palais présidentiel à Antananarivo, la cérémonie de signature de vingt-deux conventions et accords de coopération bilatérale.
Ces accords qui s’inscrivent dans le cadre du partenariat Sud-Sud prôné par le souverain marocain, portent sur les domaines entre autres, de l’agriculture, des banques, des énergies renouvelables, de la fiscalité et de la formation professionnelle. Un des accords signés porte sur la valorisation et la sauvegarde du canal des Pangalanes.
Ce mégaprojet, comme l’a expliqué le président du directoire de Marchica MED S.A, Said Zarrou, consiste à créer des écosystèmes tout au long du canal qui longe la côte Est de Madagascar de Tamatave à Faranfangana, sur près de 700 Km, soit quatre fois la longueur du canal de Suez et huit fois celle du canal de Panama.

Grâce à l’impulsion du Roi Mohammed VI, a rappelé Said Zarrou, le Royaume du Maroc a accumulé ces dernières années, une expertise dans le domaine du développement de projets territoriaux de grande envergure qui respectent l’équilibre entre l’Homme et son environnement, précisant que cet important projet de co-développement, constitue « une nouvelle étape dans l’histoire des relations » du Maroc et de Madagascar.
La valorisation et la sauvegarde du canal des Pangalanes, a-t-il ajouté, seront assurées dans le cadre d’un partenariat entre les deux pays, à travers la mise en place des outils de préservation et de valorisation des écosystèmes des sites traversés par ce cours d’eau.

Ce projet phare qui sera inspiré de l’expérience réussie dans l’aménagement de la Lagune de Marchica au nord-est du Maroc, vise selon Said Zarrou, à instaurer une cohérence territoriale par l’identification et l’intégration des différentes vocations des sites sur les rives du Canal, notamment celles ayant trait aux volets écologiques, agricoles, industriels, miniers, portuaires, urbains, culturels et touristiques.
Madagascar, a-t-il ajouté, va bientôt pouvoir tirer profit de l’expertise acquise lors de l’aménagement de la Lagune de Marchica au Maroc, en matière de gestion urbaine, de transports, d’assainissement et de l’hydraulique, à l’instar de la Côte d’Ivoire, où le Directoire de Marchica MED a initié récemment, un projet similaire dans la baie de Cocody.

Ce dernier projet, a-t-il rappelé, est développé dans le cadre d’un montage institutionnel unique avec une maîtrise d’ouvrage assurée par le gouvernement ivoirien et assisté par Marchica MED tandis que les aspects techniques et opérationnels, sont confiés à des groupements d’entreprises maroco-ivoiriens dans le cadre de partenariats publics-privés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *