L’Ouganda signe un accord avec la Facilité régionale de soutien à la liquidité

L’Ouganda vient de signer un accord avec la Facilité régionale de soutien à la liquidité (RLSF). Il s’agit d’une initiative conjointe entre l’Agence pour l’Assurance du Commerce en Afrique (ACA) et la Banque allemande de développement (KfW). En signant cet accord, l’Ouganda devient le premier pays africain à entrer dans le programme RLSF.

Selon les termes de cet accord, la RLSF offrira une protection aux nouveaux projets d’énergie renouvelable de petite et moyenne taille, jusqu’à 50 MW.

La RLSF a une capacité initiale équivalente à 74 millions de dollars et protégera les Producteurs d’électricité indépendants (PEI) contre le risque de retard de paiements par les acquéreurs publics.

Ce type de garantie est une exigence courante de la part des banques qui financent les projets. De nombreux projets ont, par le passé, été dans l’incapacité d’accéder à des financements par manque de cette garantie.

Cet accord reflète l’engagement de l’Ouganda pour garantir la viabilité des projets d’énergie renouvelable de petite et moyenne taille, a indiqué Matia Kasaija, le ministre ougandais des finances, de la planification et du développement économique.

M.Kasaija a réitéré l’engagement du gouvernement ougandais à améliorer les conditions pour les investisseurs dans le secteur de l’énergie. « Avec cet accord, nous voyons la RLSF offrir un complément parfait à notre stratégie continue d’accélération de la fourniture d’une énergie propre au réseau national », a-t-il laissé entendre.

« La RLSF est un outil qui peut garantir davantage de projets d’énergie renouvelable qui bouclent leur montage financier », a expliqué George Otieno, chef de la direction de l’ACA. Il a noté que pour l’Afrique, les projets de petite ou moyenne taille peuvent mieux correspondre à l’actuel environnement nécessitant moins de financement et ils peuvent être mis en œuvre bien plus rapidement.

Cela pourrait être, soutient M. Otieno, un modèle qui fonctionne sur de nombreux autres marchés africains pouvant simplement ouvrir la voie à une expansion de l’installation ou d’autres initiatives du genre.

L’Ouganda est perçu comme un marché idéal du fait de son nombre relativement élevé de Producteurs d’électricité indépendants (PEI) viables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *