Cap-Vert : Un nouvel accord avec la BADEA

Le Cap-Vert bénéficiera d’un prêt de la Banque Arabe pour le Développement Economique en Afrique (BADEA). Ce financement servira à développer un projet d’assainissement dans la ville d’Espargos. Celle-ci est située sur l’île de Sal (Nord Est). Cette initiative entre dans le cadre de la poursuite des Objectifs du Millénaire de Développement (OMD). Elle vise à  favoriser de meilleures conditions socio-économiques dans la ville d’Espargos. Cela passe par des aspects comme protéger de l’environnement, lutter contre la pauvreté et améliorer la santé publique. Ainsi, la BADEA va décaisser une somme de 5 millions de dollars américains à cet effet. Le prêt a été contracté par le Directeur Général de l’institution financière, M. Abdelaziz Khelef, et le Directeur du Département de mobilisation des Ressources au Ministère capverdien des Finances, M. Carlos Furtado. Les deux parties se sont convenues pour une durée de prêt de 30 ans avec 10 ans de délai de grâce et un intérêt annuel de 1 %. Malgré ce projet, le Cap-Vert s’en sort globalement bien en ce qui concerne les OMD. De 2001 à 2007 par exemple, la pauvreté  a diminué de 10 %, passant de 36 à 26 % de la population de l’archipel. Et, en 2010, il a été proposé que la pauvreté soit éliminée des OMD au Cap-Vert.

Quoi qu’il en soit, la BADEA s’est toujours montrée prête à donner un coup de main au pays ouest-africain. Pour preuve, les engagements de cette institution en faveur du Cap-Vert ont dépassé la barre des 108 millions de dollars américains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *