Afrique du sud : Echec des négociations dans la crise du platine

echec-negoc-crise-platine-rsaLa République Sud africaine traverse une crise sans précédent opposant, depuis longtemps, les patrons des mines de platine aux syndicats. Le nouveau ministre des Mines a annoncé que la médiation mise en place, n’est pas parvenue à trouver une issue à la longue grève qui touche la production de platine. La justice du travail sud-africaine qui pilotait les négociations s’est retirée  mardi dernier. Pour donner un aperçu de leur démonstration de force, les syndicats, notamment l’AMCU ont lancé un appel général à un arrêt de travail  des 80.000 employés des principaux producteurs de platine à savoir , American Platinum, Impala Platinum et Lonmin.
Le point d’achoppement entre les représentants syndicaux et les patrons d’entreprise reste le salaire de base d’un mineur. Pour les représentants syndicaux, celui-ci devrait passer immédiatement à 880 euros pour que les mineurs reprennent le travail. De l’autre côté, les patrons estiment qu’une augmentation brutale de plus de 100% de leurs salaires de base serait insoutenable. Ils proposent une augmentation progressive qui devrait aboutir à ce résultat dans 3 ans. De la sorte, il n’y aurait pas de cassure brutale et le système évoluerait en passant par plusieurs phases de stabilité. En plus, les patrons considèrent que les primes et avantages devraient être inclus dans cette somme alors que les syndicats séparent clairement les différentes augmentations.
D’après les premières estimations, le premier trimestre de l’année en cours a connu un recul de PIB de l’ordre de 0.6%. Le ministère des Mines va tenter d’apaiser le climat revendicatif des mineurs en vue de la poursuite des négociations étant donné que l’intransigeance des deux parties a conduit au départ du précédent facilitateur.

One thought on “Afrique du sud : Echec des négociations dans la crise du platine

  1. Les mineurs ont tout à fait raison de défendre leurs intérêts. Après tout, ce sont eux qui risquent leur vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *