Gabon : Le scrutin présidentiel «manque de transparence» (UE)

ue-gabonAlors que le principal candidat d’opposition, Jean Ping, s’était autoproclamé vainqueur aux élections présidentielles au Gabon, au lendemain du vote à un seul tour, la mission d’observation de l’Union européenne (UE) au Gabon, a annoncé ce lundi, que le processus électoral a manqué de transparence, ce qui ne va pas arranger les choses au Gabon, où la tension cesse de monter après le scrutin du 27 août dernier.

«La mission déplore le manque de transparence des organes de gestion des élections, en omettant de mettre à disposition des parties prenantes, des éléments essentiels tels que la liste électorale et la liste des centres de vote », a estimé Mariya Gabriel, responsable de la Mission d’observation électorale de l’UE, lors d’une conférence de presse à Libreville. «Nous notons que le processus est resté opaque», a-t-elle poursuivi, évoquant notamment «le manque d’information concernant le nombre de cartes électorales distribuées et les accusations mutuelles de rachats de cartes ayant contribué à exacerber les tensions».

Selon la mission de l’UE, il y a eu «un déséquilibre des moyens en faveur du président Ali Bongo Ondimba, qui brigue un second mandat. « Pendant la campagne officielle, l’accès aux médias a été fortement déséquilibré en faveur du président sortant», a ainsi souligné Mariya Gabriel. Mais Libreville n’a pas jugé utile de réagir à cette déclaration de la mission de l’UE, estimant d’ailleurs que l’institution « avait donné son satisfecit au déroulé de nos élections ».

«Les déclarations des observateurs de l’Union européenne confirment les efforts mis en place à toutes les étapes du processus pour garantir le bon déroulement du scrutin et le respect du vote des citoyens gabonais », a ainsi avancé dans un communiqué, le ministre de l’Intérieur, Pacôme Moubelet Boubeya, saluant un «rapport globalement positif, malgré quelques irrégularités».

Les deux principaux camps engagés dans cette course à la magistrature suprême, notamment les camps Ping et Bongo, se disputent la victoire. Le ministère de l’intérieur est attendu ce mardi à 17h, heure locale, pour fixer les Gabonais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *