Burundi : Nouvel haro de HRW sur les exactions du Service national de renseignement

snr-burundi-hrwAu Burundi, de graves violations des droits de l’homme et des injustices continuent de polluer la vie des citoyens, selon un nouveau rapport de Human Rights Watch publié jeudi, et qui pointe encore du doigt des agents du Service national de renseignement (SNR) burundais, accusés d’avoir «torturé et maltraité des dizaines d’opposants».

Selon l’ONG, « des membres de la police et de la ligue des jeunes du parti au pouvoir – les Imbonerakure – ont également commis de graves abus ». Ce dernier rapport de HRW vient s’ajouter à d’autres déjà émis par l’ONG  pour dénoncer les graves violations des droits de l’homme au Burundi. Depuis des années, l’ONG dénonce, témoignages à l’appui, les méthodes du SNR, le bras armé le plus zélé du régime Nkurunziza, et dénonce la répression menée par les Imbonerakure, considérés comme une milice au service du pouvoir.

D’autres rapports évoquent les mêmes abus. L’ONU a notamment recensé 651 cas de torture au Burundi entre avril 2015 et avril 2016. « Les cas de torture et de mauvais traitements semblent s’être de plus en plus généralisés, et les techniques de torture semblent être de plus en plus brutales (…) S’il est difficile de déterminer l’ampleur exacte des abus, le nombre de personnes torturées par des agents du SNR à travers le pays est très probablement bien plus élevé que le nombre de cas documentés par Human Rights Watch », dit le rapport de HRW.

En avril dernier, la CPI a annoncé l’ouverture d’un examen préliminaire de la situation au Burundi. « Le président Nkurunziza porte la responsabilité finale des actes de torture commis par les services de renseignement nationaux et par la police, aussi il devrait prendre les mesures qui s’imposent », estime Daniel Bekele, directeur de la division Afrique de HRW.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *