L’enseignement et la recherche, l’autre priorité du Maroc

Le Maroc s’investit dans l’enseignement et la recherche afin d’offrir à sa jeunesse les armes pour affronter les monde de l’emploi et contribuer au développement du royaume.

Pour se faire, Rabat mise sur des partenariats avec d’autres pays. Si avec l’Inde le royaume chérifien opte pour une coopération universitaire, il projette de lancer avec l’Espagne, le projet ‘‘pionnier’’ de mobilité estudiantine.

Le secrétaire d’État marocain chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Khalid Samadi, a indiqué lundi à New Delhi, que le prochain axe de la coopération entre l’Inde et le Maroc sera basé sur les technologies numériques et la recherche scientifique, insistant sur la nécessité de booster la coopération entre les universités marocaines et indiennes.

Le Maroc est appelé à intensifier ses partenariats avec l’Inde notamment dans le domaine de l’enseignement et de la recherche, qui constitue l’un des fondements du partenariat stratégique entre les deux pays, a déclaré Khalid Samadi, à l’issue de sa rencontre avec des responsables de l’Université Jawaharlal-Nehru de New Delhi, qui est l’une des plus prestigieuses universités de sciences et de recherche en Inde.

«Il faut encourager les échanges entre les universités et les centres de recherches du Maroc et de l’Inde » multiplier les échanges de visites entre les présidents des universités des deux pays pour faciliter les échanges universitaires et explorer de nouvelles perspectives de coopération et de partenariat», a-t-il dit.

Cette rencontre, a précisé M. Samadi, s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la convention conclue entre les deux pays dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Pour ce qui est de la coopération avec l’Espagne, il s’agit d’un projet de mobilité des étudiants marocains vers les universités espagnoles qui est en gestation.

Dénommé ‘‘pionnier’’, ce projet devra bénéficier à quelque 80 étudiants marocains qui pourront préparer des masters dans des universités espagnoles, a indiqué Coral Martinez Iscar, directrice du Service espagnol pour l’internationalisation de l’éducation (Sepie), relevant du ministère espagnol de la Science, de l’Innovation et des Universités.

D’une durée de deux ans, pour un budget d’environ 2,5 millions d’euros, ce projet vise à contribuer au développement du Maroc, a souligné Mme Iscar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *