Réorganisation à la tête de l’armée burkinabè

Le président du Burkina Faso, Roch Christian Kabore a procédé en fin de semaine dernière, à un vaste remaniement à la tête de son armée, au moment où le pays fait face à une inquiétante recrudescence des attaques djihadistes.

Le chef d’état-major général des armées nommé il y a un mois par décret présidentiel, a été de nouveau remplacé par le colonel Gilles Bationo, âgé de 60 ans. Il était jusque-là commandant de la première région militaire (nord).

Le colonel-major Oumarou Sawadogo a été nommé commandant du Groupement central des armées, organe chargé de la logistique. Trois colonels ont été portés à la tête des trois régions militaires du pays (nord, ouest et centre), tandis que trois autres ont été nommés chefs de division (opérations, formations et renseignements) auprès de l’état-major général des armées.

Le Burkina Faso fait face depuis plusieurs mois à une explosion des violences sans précédent, attribuées à des groupes djihadistes. Principales cibles de ces attaques, les forces de l’ordre ont du mal à les éradiquer, malgré leurs opérations menées régulièrement contre ces groupes armés.

Trois attaques ont été perpétrées dans le pays rien que durant la semaine écoulée. L’une a eu lieu le lundi à Kain, dans le nord du pays à la frontière avec le Mali, faisant 14 morts parmi les civils.

Le lendemain, alors que le président Kabore recevait ses homologues du G5 Sahel pour un sommet consacré à la lutte antiterroriste, cinq gendarmes ont perdu la vie dans une nouvelle attaque.

Jeudi, deux civils ont été tués dans une attaque contre une brigade de la gendarmerie à Kongoussi, dans le nord. Début janvier, le président a dû remplacer les ministres de la Défense et de la Sécurité, contestés par l’opposition et la société civile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *