Les protagonistes du conflit libyen scellent au Maroc un accord global de partage des postes de souveraineté

Les délégations du Haut Conseil d’Etat libyen et du parlement de Tobrouk ont annoncé, jeudi à Bouznika, au terme de leurs réunions dans le cadre du dialogue libyen, qu’elles sont parvenues à un accord global sur les critères et les mécanismes transparents et objectifs pour occuper les postes de souveraineté. 

Les deux parties ont également convenu de poursuivre ce dialogue et de reprendre ces réunions durant la dernière semaine de ce mois afin d’achever les mesures nécessaires qui garantissent l’application et l’activation de cet accord, indique le communiqué final conjoint lu par Driss Omran de la Chambre des représentants libyenne, en présence du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita. 

Dans ce document les deux parties libyennes appellent l’ONU et la communauté internationale à soutenir les efforts du Maroc visant à réunir les conditions d’une solution politique globale en Libye.

Les deux délégations ont exprimé à cette occasion, leurs remerciements au Maroc et au Roi Mohammed VI pour le soutien apporté aux libyens afin de surmonter la crise.

Les deux parties ont par ailleurs, relevé  la situation extrêmement dangereuse en Libye, qui menace la sécurité, l’intégrité territoriale et la souveraineté de l’Etat, et qui est née des interventions étrangères négatives ravivant la guerre et les alignements régionaux et idéologiques.

Le dialogue inter-libyen de Bouznika est le prolongement de l’accord politique libyen conclu en décembre 2015 dans la ville marocaine de Skhirat, et qui avait conduit à l’installation du gouvernement d’union nationale (GNA) à Tripoli.