Vers un accord de libre échange entre le Maroc et l’Amérique centrale

Les pays d’Amérique centrale envisagent de nouer un partenariat commercial et économique durable avec le Royaume du Maroc.

A la tête d’une délégation du Parlement centraméricain (Parlacen) au Maroc, son président Tony Raful Tejada, a fait part à la secrétaire d’État chargée du Commerce extérieur, Rakiya Eddarhem, de la volonté du Parlacen d’établir un partenariat «fructueux» avec le Maroc afin d’accroître les échanges commerciaux entre les deux parties.

Ainsi Tony Raful Tejada a saisi l’occasion pour présenter à Mme Eddarhem une proposition d’un traité de libre-échange entre le Maroc et les pays de l’Amérique centrale dans le cadre d’un partenariat Sud-Sud.

Les échanges entre la délégation du comité de direction du Parlement centraméricain et le secrétariat d’État chargé du commerce extérieur ont porté sur les futurs partenariats entre le Royaume et les pays membres du Parlacen dans les domaines économique et commercial.

Cette rencontre a également permis aux deux parties de mettre l’accent sur le développement continu des relations entre le Maroc et les pays de l’Amérique centrale, qui représente la zone géographique la plus dynamique au niveau des intégrations économiques régionales.

Tejada dit espérer voir «les bonnes relations» qu’entretiennent les deux parties aboutir à un accord définitif sur la base de la proposition présentée par le Parlacen.

Rakiya Eddarhem a estimé, pour sa part, que ce projet ne pourrait qu’être bénéfique pour le renforcement du partenariat Sud-Sud, avec d’un côté le Maroc qui représente une plateforme régionale pour l’ensemble du continent africain et de l’autre l’Amérique centrale avec son potentiel économique et démographique.

Cette proposition fera l’objet d’une étude préliminaire afin d’en déterminer l’impact économique et social sur le pays, a ajouté la secrétaire d’État.

Le Parlacen a également soumis une proposition de coopération tripartite entre ledit Parlement, le Maroc et l’Afrique à travers la création d’une assemblée parlementaire afro-latino-américaine.

Créé en 1991, le Parlement centraméricain compte six États membres, que sont le Salvador, le Guatemala, le Honduras, le Nicaragua, le Panama et la République dominicaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *